Chronique sociale
Chronique sociale
Nous vous aidons à comprendre le monde
Image
Fondée à Lyon en 1892, Chronique sociale s'est préoccupée dès ses origines
de sensibiliser aux évolutions de la société et de suggérer une organisation
de la vie collective, plus solidaire et plus respectueuses des personnes.

Chronique sociale
Image
Votre panier est vide
Image
Mon compte
Dans l'esprit du catholicisme social
Image
Un courant social au sein de l'Église catholique

La Chronique sociale de France est fondée le 20 novembre 1892 par Marius Gonin et Victor Berne. D'emblée, les deux hommes se donnent pour mission de diffuser la doctrine définie par l'encyclique Rerum Novarum, promulguée en mai 1891 par le pape Léon XIII. Relative à la condition des ouvriers, c'est une véritable charte sociale du catholicisme, qui inquiète toutefois les milieux patronaux les plus conservateurs. Elle condamne en effet l'individualisme bourgeois et conteste le libéralisme économique. "Nous sommes sociaux parce que nous sommes catholiques", déclare Henri Bazire, président de L'Action catholique de la jeunesse française (ACJF) en évoquant les valeurs évangéliques.
Image
Une organisation au service d'une priorité : la formation

L'implantation des Cercles d'études constitue, à l'époque, une innovation. Joseph Folliet rapporte ainsi cette réflexion d'un notable : "Que des hommes intelligents et cultivés comme vous se rassemblent pour discuter des questions sociales, passe encore. Mais des gens du peuple, des adolescents, des ouvriers ! À quoi sert de leur déranger la cervelle et de leur ôter l'humilité indispensable ?" Merci de cette indignation révélatrice qui situe le combat des fondateurs dans son contexte culturel.
Ces Cercles d'études ont évidemment pour but de mettre en débat les notions économiques et juridiques que les animateurs ont besoin de s'approprier : "On ne naît pas citoyen, on le devient par l'étude et la réflexion", proclame un manuel fédéral en 1904.
Les premiers apparaissent à Bellecour en 1894, puis aux Brotteaux, à Saint Jean, à la Croix Rousse. Deux ans plus tard, ils sont réunis au sein de la Fédération des groupes d'études du sud-est, couvrant le Rhône, la Loire, l'Isère, la Saône-et-Loire, le Jura et les Bouches-du-Rhône. En 1901, elle regroupe 65 Cercles réunissant 2360 adhérents. C'est ainsi que la Chronique a permis à de futures élites d'opérer une prise de conscience, de s'affirmer, de jouer un rôle social.
Image
L'université d'été, une idée qui irait loin

Avec Adéodat Boissard, professeur de droit en législation ouvrière aux facultés catholiques de Lille puis de Paris, et Henri Lorin, polytechnicien, formé à l'œuvre des Cercles d'études d'Albert de Mun, Marius Gonin fonde ensuite, les Semaines sociales : "Il m'est venu une idée. On parle beaucoup de problèmes sociaux sans bien les connaître. Nous avons des amis compétents. Si nous nous réunissions autour d'eux pendant les vacances ?"
La Chronique invente ainsi le concept d'université d'été. Pourquoi ces Semaines ont-elles rencontré, un succès manifeste ? Parce qu'elles s'intéressent aux problèmes du moment et dispensent une information à la fois théorique et pratique : Le contrat de travail à Bordeaux en 1909, Le rôle économique de l'État à Strasbourg en 1922, La femme dans la société à Nancy en 1927, Le désordre dans l'économie internationale et la pensée chrétienne à Lille en 1932... L'expérience s'étend rapidement en Europe, en Afrique du Nord, au Canada, en Amérique Latine.
Pour assurer la formation des animateurs et des militants catholiques, le directeur de la Chronique crée enfin le Secrétariat social dès 1895. Il comprend déjà quatre services : documentation, bibliothèque, dossiers de travail, conférences ; mais il atteindra sa maturité en 1914 lorsqu'à cette organisation fondée sur des moyens sera substituée une organisation orientée vers des objectifs. Trois grandes directions mettent ainsi l'information au service de trois missions : les institutions sociales urbaines, les institutions sociales rurales, l'enseignement et la propagande. De 1921 à 1930, se créent successivement douze Secrétariats sociaux régionaux, bientôt fédérés en Union nationale des secrétariats sociaux.
Image
Maintenant éditeur

C'est alors qu'est mise en place une véritable activité d'édition. Est d'abord poursuivie la publication des comptes rendus des Groupes d'études et des Semaines Sociales : Principes et action du catholicisme social, en 1920, après les semaines de Metz l'année précédente, La crise de la production et la sociologie économique, en 1920, Les conflits de civilisation en 1936. Suivront bientôt des cours, des brochures, les premiers livres d'auteur. Si le dossier reste l'outil par excellence de l'animateur - renouvelé, adapté, toujours ouvert -, seul le livre permettra à l'institution de donner vie à sa devise : De l'initiation à la synthèse.
Chronique sociale
Chronique sociale
Chronique sociale
Chronique sociale
Crédits
Powered by WysiUp
Image
Image
Chronique sociale - 1, rue Vaubecour - 69002 LYON - Téléphone : 04 78 37 22 12 - Télécopie : 04 78 42 03 18 - Siret 973 500 242 00035

Image
Haut de la page